Gares fantômes (1) : le Quai Talbot

Quai Talbot à Poissy

Les premières fois que je suis venue à Poissy en RER, nous marquions l’arrêt, mais rarement, dans une gare déserte, située à quelques centaines de mètres seulement avant celle de Poissy.

Aujourd’hui, le RER passe à pleine vitesse, le long d’un quai gagné par les herbes. Seul le panneau émaillé blanc sur fond bleu du « Quai Talbot » conserve sa fraicheur, comme s’il avait été planté là hier. Devenue lieu de débarras, plus déserte que jamais, la gare du Quai Talbot a vécu l’âge d’or et le déclin de Simca-Chrysler-Talbot-Peugeot à Poissy.

Propriété de Peugeot, situé à 1000 mètres en amont de la gare terminus du RER A, le Quai Talbot ne pouvait mener le voyageur qu’à un seul endroit, du haut de la passerelle : l’usine. Les seuls à s’y arrêter étaient les ouvriers, pour prendre leur poste. C’est pourquoi le train ne marquait l’arrêt qu’aux heures utiles : tôt le matin, et deux autres fois dans la journée, à chaque relève d’équipe. Décrite par les passionnés de trains et de réseaux ferrés comme la gare la plus secrète du réseau Saint-Lazare, la desserte était si confidentielle qu’elle n’était même pas annoncée, paraît-il, sur les écrans d’affichage des autres gares.

Les pointeuses sont devenues moins impitoyables, les ouvriers ont acheté des voitures, ou furent remerciés. Bref, le Quai Talbot ne servait plus à rien en 2004. Un Conseiller Régional s’émeut, deux ans plus tard, des dégradations de l’endroit et du sentiment d’insécurité qu’elles pourraient susciter. Mais dans le regard des Pisciacais (les habitants de Poissy) qui longent le Quai Talbot chaque matin, je vois surtout de la nostalgie. La poésie du lieu n’a pas échappé à un cabinet de curiosités en ligne (ruedupetittrain.free.fr), qui ramène du fond des âges un panneau polyglotte spécialement conçu pour les ouvriers de Peugeot, et usagers du Quai Talbot. Qu’est-il devenu ?

En passant par le Quai Talbot, toujours trop vite, je n’ai pu ni photographier le panneau blanc et bleu, ni trouver le panneau rouillé aux quatre langues.

Publicités

3 réflexions sur “Gares fantômes (1) : le Quai Talbot

  1. Billet exquis, merci.
    On fait exactement l’inverse de ce qui pourrait être raisonnable : au lieu d’encourager l’intermodalité et offrir des alternatives à la voiture, on se prive d’infrastructures déjà existantes… dommage.
    Mais poser la question de « pourquoi les ouvriers ne prennent-ils plus le RER à cet arrêt » pose certainement aussi celle du dynamisme économique de la région, non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s